L’arnaque des fausses études et publications scientifiques

L'arnaque des études et publications scientifiques

L’énorme business des revues scientifiques ouvrent l’appétit de certains

Comme pour beaucoup de journaux généralistes, la majorité des 30.000 publications scientifiques existantes sont contrôlées par une poignée de « grands » qui font la course au scoop et au fric.
Si les articles qui paraissent dans les revues scientifiques sont écrits gratuitement par les chercheurs, les bureaucrates ne savent pas comment les évaluer, ils se contentent juste d’apprécier l’impact des travaux déjà publiés par ce chercheur et non pas leur qualité.

Pour attirer l’attention des éditeurs dans le flot grandissant de propositions, et afin d’assurer les ventes et l’audience, les scientifiques pour augmenter leur chance d’être publié, se concentrent sur les sujets porteurs et exagèrent très souvent leurs résultats. La préférence de publication va en effet se porter sur des sujets qui risquent de faire le plus de bruit, l’accent sera mis sur les sujets les plus « sensationnels ». Cette situation va exercer une pression sur les chercheurs qui doivent absolument publier pour pouvoir exercer leur métier. Le résultat de tout ceci est que beaucoup de chercheurs sont tentés d’embellir leurs résultats, voir même à les fausser.

 

Plus de la moitié des résultats d’études sont faux !

Lors d’un projet baptisé «Reproducibility Project» une équipe de 270 jeunes chercheurs américains ont renouvelé la mise en place d’une centaine d’études afin de vérifier les résultats obtenus en première instance. Protocoles identiques, échantillons similaires, mais des résultats différents, en gros, moins de la moitié de ces contre-études, à peine 40% des cas, sont arrivées aux mêmes conclusions que les premières recherches.
La revue britannique The Lancet, généralement reconnue comme une des meilleure publications médicales au monde, vient également confirmer ces conclusions :

 

« Une grande partie de la littérature scientifique, est tout simplement fausse pour plus de la moitié des études. Affligée d’études avec des échantillons réduits, d’effets infimes, d’analyses préliminaires invalides, et de conflits d’intérêts flagrants, avec l’obsession de suivre les tendances d’importance douteuse à la mode, la science a pris le mauvais tournant vers les ténèbres »

Ces déclarations ont naturellement fait scandale sur le plan international au sein des milieux autorisés, mais personne n’a vu passer l’info à la TV.

 

Le business avant la santé

Les laboratoires pharmaceutiques fraudent et falsifient les tests sur la sécurité et l’efficacité de leurs vaccins et médicaments. Ils prennent des échantillons trop petits pour être statistiquement significatifs, pour les essais thérapeutiques les pharmas sous-traitent également avec d’autres labos qui emploient des scientifiques ayant des conflits d’intérêt confirmés. Résultat, 50 % de tous ces tests réalisés ne valent rien, pire encore beaucoup d’entre eux sont dangereux car certains médicaments ont un effet primordial sur la santé de millions de patients.

 

Sans oublier non plus que c’est cette même industrie pharmaceutique qui finance les études visant à mettre au point des médicaments ou des vaccins, mais également les formations du personnel médical et des étudiants en médecine. De plus nos chers médecins de famille qui sont sollicités par les labos pour expérimenter de nouvelles molécules, ont, instinctivement tendance à aller dans le sens de leurs commanditaires qui sont leurs sponsors.

 

Tromperie scientifique

Les labos pharmaceutiques et les autorités sanitaires, connaissent les multiples dangers associés aux vaccins et aux médicaments, mais ont choisi de les cacher au public. C’est de la tromperie scientifique. Ce n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie des publications de la recherche clinique, ni de compter sur le jugement des médecins expérimentés ou les directives médicales faisant autorité.

 

Conclusion

Le personnel soignant est entraîné dans une spirale infernale organisée par une mafia médicale qui leur fait prescrire des médicaments coûteux, inefficaces et dangereux en remplacement de produits plus anciens ou naturels, retirés de la vente car peu rentables.

C’est maintenant à vous de décider ce qui est bon pour vous et pour votre santé, arrêtons de donner notre confiance à des gens qui passent leur temps à vouloir s’enrichirent financièrement sans se soucier le moins du monde de notre santé…

 

A voir également:


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.