Droits des patients et liberté thérapeutique (Mise à jour)

santé miviludes

Faut-il se soigner illégalement ou mourir légalement ?

L’industrie pharmaceutique est ennuyée par certains malades qui choisissent de se soigner en toute « illégalité » avec des médecines douces et alternatives plutôt que de mourir comme de bons citoyens en se gavant à vie de molécules chimiques.

En France une instance gouvernementale « La Miviludes » désigne dans son dernier rapport, une quarantaine d’approches de médecines non conventionnelles comme susceptibles de conduire à des « dérives sectaires ».

 

La liste est longue

Naturopathie, ayurvéda, gemmothérapie, décodage biologique, kinésiologie, thérapies quantiques… La liste est longue et « non exhaustive » pour la Miviludes, qui souhaite mettre en garde les patients qui s´écarteraient de la « bonne » médecine officielle. « Les dangers de ce marché alternatif de la guérison et du bien-être » tiennent essentiellement au fait qu’elles ne sont « ni réglementées ni validées scientifiquement », écrit la mission interministérielle.

Beaucoup d’entre elles sont pourtant utilisées sans souci par des milliers de personnes, en effet 4 Français sur 10 ont recours aux médecines dites alternatives ou complémentaires, dont 60 % parmi les malades du cancer.

 

Liberté thérapeutique

  • L´engouement des Français pour ces pratiques, anciennes ou récentes, témoigne d’une certaine efficacité des thérapeutes alternatifs, mettant par ailleurs en relief les insuffisances de la médecine actuelle (effets secondaires des médicaments, incapacité à guérir certains maux, manque d’écoute du patient, scandales sanitaires liés à la collusion…). C’est donc légitimement que les Français usent de leur liberté thérapeutique (inscrite dans la loi) pour explorer avec empirisme de nouvelles pistes, sans pour autant abdiquer leur esprit critique, se fiant surtout aux résultats.

 

Face aux accusations de potentielles dérives sectaires, Ayurveda France  ne se sent donc pas concerné.

Déception, stupéfaction, indignation du côté des thérapeutes en santé naturelle ? Pas vraiment, plutôt une forme de stoïcisme… « Que voulez-vous qu´on y fasse. Cela fait trente ans que l´on nous tape dessus sans la moindre preuve », soupire-t-on, habitué, du côté de l´organisation des naturopathes professionnels, héritiers d´Hippocrate, le père de la médecine…

Et de la prévention, rappelle les naturopathes. « Aujourd’hui, il suffit qu’on recommande de manger sainement, de modifier ses habitudes et son hygiène de vie pour être soupçonnés de dérives sectaires… »

 

Les médecines douces ne sont pas une révélation soudaine d’un gourou, mais simplement un héritage millénaire traditionnel

La majorité des thérapeutes en santé alternative vivent modestement de leur activité. Se constituer un revenu régulier prend généralement du temps à partir de l´installation. N’étant pas remboursés par la sécurité sociale, ils ne peuvent en outre afficher des tarifs trop élevés. On est loin du train de vie de certains grands pontes en médecine, dont les dépassements d’honoraires (voir  Le Monde) grèvent le budget santé de malades parfois désespérés, sans autre recours « officiel » pour être soignés…

 

Conclusion

Ce qui dérange la Miviludes et le gouvernement qui la finance, c’est que des thérapeutes non médecins s’occupent des gens qui souffrent, beaucoup d’entre eux d’ailleurs cherchant simplement à échapper à la dureté du système médical, à la mécanisation de leurs corps, à la froideur des soins prodigués, aux effets secondaires mortels du tout chimique, etc…

Ces thérapeutes non conventionnels aident leurs patients qui vont les voir alors même qu’ils ne sont pas remboursés, ce qui pourrait être considéré comme un indice d’efficacité de ces approches…Non ?

 

A lire également:

Bouquins sur le sujet


talouarn

ce qui pourrait être considéré comme un indice d’efficacité de ces approches…Non ?

non, ET NON ET NON
Avec ce genre de raisonnements, qui mélange « bien-être » et soins, vous mettes a égalité des pratiques qui ne le sont pas. La mortalité en Ind est énorme, vive la « médecine » aryuvédique.

Romuald delhomme.

Moi ce qui me dérange dans votre discours, c’est votre double langage. Vous parlez des soupçons de dérives sectaires envers les naturopathes, mais vous dites être les seuls à avoir la vérité. Vous parlez de l’argent qu’ils se font, mais vous dites d’arreter les traitements et de prendre des gélules vendues chez vous ! Ne dites pas que c’est pas vrai : « Éviter la chimiothérapie augmente les chances de retrouver la santé

Cela signifie que la technique toute entière de la chimiothérapie est totalement sans valeur, et qu’elle est en fait au complet détriment du patient cancéreux. Celui qui cherche vraiment à guérir d’un cancer évitera la chimio, et recherchera une voie alternative. Laquelle peut comprendre les traitements alternatifs du Dr Gerson ou la cure de Breuss ou les aliments et nutriments anti-cancer comme le curcuma, ou encore des traitements à base de fortes doses de vitamine C et la vitamine D…. » COPIÉ COLLÉ de votre site. Accompagner le malade oui, lui dire d’arrêter son traitement pour du jus de curcuma, nous sommes ici dans la dérive sectaire, pénalement répréhensible. Et se dire être les seuls à avoir la vérité, est digne d’un gourou de bas étage. L’ouverture d’esprit que vous revendiquez est plutot obtus. Je ne me fais pas d’illusion, le post s’il parait va être vite effacé.

Jackie

Je pense que la plus part des gens qui utilisent la médecine alternative, ou seule, ou en complément, guérissent mieux, il s’injecte moins de toxines dans le corps, donc le corps guérit mieux, faut pas oublier que notre corps est fait de parcourt, et si se parcourt est bloqué, c’est cela qui crée les douleurs souvent, la médecine alternative arrivent bien souvent à libéré se blocage … Je pense que la médecine alternative conduirai à diminuer les médicaments et même voir de les arrêter complètement dans certain cas … Maintenant encore faut il avoir envie d’essayer au moins, ce que ne font pas la plus part des gens… Par peur ou par manque d’informations… Notre but n’est il pas de se sentir mieux en passant progressivement au mieux être de soit même ? Si vous êtes malade ! Vous voulez guérir ? Si vous voulez guérir vous voulez ne plus avoir de séquelles ? Donc arrêter les médicaments… C’est bon vous êtes guéris… Donc plus besoin de médicaments… Je pense que le but est le même pour tous le monde

Thierry Frey

Bonjour,

Il est clair que le but de chacun est d’être guéri et que chaque médicament, qu’il soit issu de la médecine traditionnelle ou non, est fait pour cela.

Je pense quand à moi que la première des choses à faire est de cesser de chercher à tout pris un soulagement pour chaque petit bobo.

La plupart des médicaments soignent ou soulagent les symptômes, mais ne guérissent pas. Ce qui a le pouvoir de guérir, c’est le système de défense de notre corps.

L’idéal donc serait de ne pas avoir besoin de « médecine » tout court…

Cela éviterait des dérives genre manipulation des chiffres pour faire croire que beaucoup de gens utilisent ce que l’on veut faire passer…

La santé est une chose tellement importante et essentielle qu’elle ne mérite pas qu’on la traite de la sorte. Elle induit suffisamment d’émotions en elle-même pour ne pas en rajouter artificiellement quand on en parle.

Cordialement

Thierry

Thierry Frey

Oui, tout à fait…

D’ailleurs elle se débrouille très bien toute seule et n’a pas besoin de nous pour la sauver…

Un chat sauvage est 1000 fois plus résistant qu’un chat d’appartement qui lui va pourtant bien plus souvent chez le vétérinaire…

Thierry Frey

Bonjour,

Merci pour cet article…

J’aurais quand même des questions par rapport aux chiffres…

Quand il est dit 4 Français sur 10 ont recours aux médecines alternatives… Combien de Français ont recours à la médecine traditionnelle par rapport à 10 ? Et aussi, si je prends ce chiffre cela veut donc dire qu’il y a 4 Français sur 10 qui ont besoin d’être soigné et qui utilisent la médecine alternative. que font les 6 autres ? sont-ils malades ou non ?

Et parmi ces Français qui utilisent la médecine alternative, sont-ils guéri et n’ont donc plus besoin d’elle ou pas ?

Ou comme j’ai connu des amis, c’est quand ils ont arrêtés les médecines alternatives et suivi les conseils de leur médecin qu’ils ont été guérit ?

Si au cours de ma vie, j’ai utilisé une seule fois cette médecine alternative, que je sois guéri ou non, est-ce que je fais partie de ce 40% ?

Cordialement

Thierry

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Basic information on data protection
Responsible Le BonCoinSante. +info....
Purpose Gérez vos commentaires.. +info...
Legitimation Consent of the concerned party. +info...
Recipients No data will be transferred to third parties, except legal obligation. +info...
Rights Access, rectify and delete data, as well as some other rights, as explained in additional information.
Additional information You can read additional and detailed information on data protection on our page privacy policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.