Ionisation alimentaire ou l’irradiation des aliments

Irradiation des aliments

Qu’est-ce que l’irradiation des aliments ?

C’est une technique utilisée pour le traitement des aliments, pour décontaminer les denrées et ralentir le mûrissement. On parle alors d’une ionisation alimentaire.

 

Les avantages

Souvent présentée comme moins nocive que d’autres modes de conservation industriels, cette technologie permet surtout de contourner l’usage de produits chimiques. Elle permet ainsi un traitement de long terme de très nombreux produits, des déplacements sur longue distance et des stockages de longue durée. Ces avantages, ainsi que son efficacité multi-usages, en font une technologie particulièrement appropriée pour l’économie « moderne » mondialisée et pour le développement des échanges internationaux.

 

Quelles radiations servent pour les aliments ?

 L’ionisation alimentaire se fait avec des radiations ionisantes, soit par électrons projetés à une vitesse proche de celle de la lumière, soit par rayons gamma (issu de substances radioactives, le Cobalt 60 ou le Césium 137),

 

Cette technique est-elle sûre ?
Les partisans de l’irradiation des aliments par un traitement par ionisation le présente comme une solution-miracle contre les maladies d’origine alimentaire (salmonellose, infections à E. coli 0157 :H7). Mais, de nombreuses études scientifiques montrent que les méfaits de l’irradiation sur la santé sont bien pires que ses bénéfices :

  • L’irradiation détériore la qualité des produits alimentaires par la destruction d’une grande partie des vitamines et des nutriments présents dans les aliments.
  •  Certaines bactéries sont très utiles puisqu’elles agissent sur l’apparence des aliments (pourrissement, odeur) et permettent ainsi aux consommateurs de repérer les aliments douteux. Les aliments ionisés paraissent sains, mais ne le sont pas toujours.
  •  L’irradiation est très souvent utilisée comme substitut à de bonnes pratiques sanitaires ou pour « recycler » des produits atteignant leur date de péremption.

 

Logo ionisation

L’étiquetage des produits absent !

Ce logo ci-contre est le symbole international qui détermine que le produit sur lequel il est apposé à été irradié, d’autre produits ionisés ont simplement les mentions « Traité par ionisation » ou « Traité par rayonnement ionisant », cependant ce n’est pas le cas d’autres pays (hors Europe) qui exportent leurs produits ionisés dans la plus grande opacité pour le consommateur.

 

Pourquoi n’est-il pas systématiquement indiqué que certains aliments sont irradiés ?
Peu de compagnies osent mettre des étiquettes mentionnant que leur produit a été traité par rayonnements ionisants. Par exemple, les producteurs de fromages frais distribués sur le marché français, refusent d’alarmer les consommateurs avec des étiquettes qui expliqueraient que leurs produits sont irradiés. Ou encore… Il faut savoir que toutes les viandes de volailles séparées mécaniquement sont irradiées, et de fait, on peut donc en conclure que la plupart des plats cuisinés à base de poulet sont irradiés.

Reportage TV, 2 mn pour mieux comprendre

Liste des aliments largement irradiés :

* les herbes aromatiques surgelées
* les épices
* les oignons
* l’ail
* l’échalote
* les flocons et germes de céréales
* les céréales
* le riz
* la farine de riz
* les produits laitiers transformés
* les légumes et fruits secs
* la gomme arabique
* la viande de volaille
* les viandes de volaille séparées mécaniquement
* les cuisses de grenouille congelées
* les repas congelés
* les légumes et fruits secs
* les noix
* les produits laitiers transformés
* les saucissons
* les crevettes congelées décortiquées ou étêtées
* le blanc d’œuf,
* la caséine et les caséinates.

 

Les dangers

1. Des dangers pour la santé humaine liés à l’ingestion d’aliments ionisés sont la détérioration de la qualité des aliments notamment en détruisant les vitamines qu’ils contiennent et en faisant apparaître de nouveaux composés chimiques dont certains sont cancérigènes.

2. L’ionisation peut masquer de mauvaises pratiques en matière d’hygiène et n’incite donc pas à accroître la propreté dans ce domaine.

3. Les dangers pour les travailleurs et la sécurité globale, l’ionisation des aliments n’est pas sans dangers pour les travailleurs de ce secteur. En effet de nombreuses contaminations radioactives on déjà eu lieu aux USA, en Italie, en Norvège, en Australie…

4. Le danger d’un commerce de plus en plus planétaire des denrées alimentaires. Cette technique représente un moyen d’accroître la durée de vie des denrées alimentaires. De ce fait, les multinationales de l’agro-alimentaire pourront développer les productions d’aliments dans les pays en voie de développement ou les coûts de production sont très bas. Ces produits pourront ensuite être revendus sur nos marchés, déstabilisant encore un peu plus  les productions locales.

 

Des lobbies puissants et bien organisés

En réalité, plusieurs réseaux internationaux agissent directement pour l’irradiation des aliments. Le programme mixte FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l’alimentation, qui promeut l’utilisation de technologies nucléaires pour réduire les risques liés à la nourriture, encourage l’irradiation lorsqu’elle est utilisée pour des raisons sanitaires ou phytosanitaires. Il a pour double objectif de favoriser l’harmonisation des réglementations à l’échelle internationale et de garantir de bonnes pratiques analytiques et en laboratoire.

Pour ce faire, il encourage les Etats membres des Nations unies à s’aligner sur les règles sanitaires et phytosanitaires développées par l’OMC dans le cadre du Codex Alimentarius, tandis que l’AIEA soutient l’implantation de l’irradiation dans les pays en développement, en particulier en Chine et en Inde. L’Association internationale pour l’irradiation (International Irradiation Association, IIA), compte l’AIEA parmi ses membres ainsi que des entreprises spécialisées dans l’irradiation, des consultants, des fournisseurs de matériel tels que des dosimètres et des utilisateurs d’irradiation. L’objectif de cette organisation est de faire en sorte que les consommateurs, les décideurs politiques et les médias acceptent l’irradiation comme mode de conservation des produits alimentaires.

 

Une pensée unique, des politiques hygiénistes et mondialistes

En réalité, l’ionisation alimentaire accompagne idéalement le développement de l’industrie agroalimentaire mondialisée, pour le plus grand intérêt des grandes firmes internationales du secteur.

Comme dans d’autres dossiers, le « Codex Alimentarius » (dont les avis sont ici influencés par l’AIEA) fait office de norme internationale chapeau, hygiéniste, mondialiste et produisant une « pensée unique » calibrée sur les impératifs des productions industrielles et des échanges de longue distance, à laquelle se rallient les réglementations régionales et locales.

L’Union européenne, qui s’est pourtant dotée de directives restrictives, ne se donne pas les moyens d’en assurer le respect : une réglementation alibi qui ne permet pas d’endiguer la commercialisation d’aliments irradiés.

Donc voilà il faut que nous consommions local. En plus mangeons des fruits et des légumes de saisons au lieu de ceux qu’on importe qui coûtent chers et sont sans goût en plus des conditions dans lesquelles des êtres humains travaillent et sont aussi exploités.

 

Conclusion

Un aliment ionisé ne permet pas que d’exterminer les germes indésirables, par la même occasion toutes les vitamines sont détruites instantanément, les antioxydants, les enzymes, les acides gras, et dans le cas des viandes rouges, certains composants naturellement présents dans les fibres deviennent cancérigènes.

D’ailleurs, le professeur Samuel Epstein, de la faculté de médecine de l’Illinois, expert auprès de la FDA (Food and Drugs Administration), a bien tenté de soulever le problème, il n’a pas été entendu.

C’est que les industriels ne s’intéressent pas à la prévention, ils préfèrent souvent (pour un moindre prix) payer les pots cassés…

L’OMC (Organisation mondiale du commerce), presse l’Union européenne d’assouplir sa législation sur l’ionisation des aliments. Ces produits dénutris et sans fraîcheur pourront ensuite être revendus sur nos marchés !

 

A voir également:


Bouquin sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Basic information on data protection
Responsible Le BonCoinSante. +info....
Purpose Gérez vos commentaires.. +info...
Legitimation Consent of the concerned party. +info...
Recipients No data will be transferred to third parties, except legal obligation. +info...
Rights Access, rectify and delete data, as well as some other rights, as explained in additional information.
Additional information You can read additional and detailed information on data protection on our page privacy policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.