Disease mongering, les fausses maladies inventées par Big Pharma

Les fausses maladies inventées par les labos

Disease mongering = Fausses maladies… Inventées par les labos !

La vérité éclate maintenant sur vos écrans de TV, encore faut-il être devant votre poste.

 

Grande nouveauté, les journalistes « grand public » commencent à produire des reportages TV d’investigation un peu plus poussés, l’information divulguée par les médias alternatifs ferait-elle peur à certains ?

 

Cash investigation

A force de voir beaucoup d’infos sur le net et des émissions de TV qui nous disent le contraire, certains journalistes brisent l’omerta.

Un reportage  sur « disease mongering » entendez par la « le façonnage de maladies »  ou les maladies inventées par les labos pharmaceutiques pour « augmenter leur clientèle »

On lui a fait dire trop d’âneries à la télé, à coup de dossiers de presse trop bien ficelés ou de rapports truqués. S’il lui est arrivé de relayer quelques infos foireuses dans l’urgence du JT, Elise Lucet prend sa revanche.

 

Certes le reportage demanderait plus d’investigations, mais la chaine doit vivre de ses annonceurs, et les labos font certainement une  grande partie du chiffre d’affaire publicitaire de la chaine.

Même si seulement 1.23 million de personnes ont suivi cette nouvelle émission, soit 7.5% de part d’audience entre 22h25 et 23h55, cela prouve que pas mal de gens commencent à se poser des questions sur l’organisation de notre système de santé.

Le BonCoinSanté à déjà dénoncé, via un article précédent, cette pratique des labos qui tend manifestement à laisser de coté la santé pour engranger de plus en plus de bénéfices.

 

L’équipe du BonCoinSanté à contacté l’équipe d’Elise Lucet par mail pour lui poser 2 questions :

  • BCS : Le fait de citer les grands groupes ne représente-t-il pas une menace pour la chaine ?

E L : C’est vrai qu’aujourd’hui nous avons reçu plus de lettres d’avocats qu’il n’y a d’entreprises prêtes à nous recevoir. Mais nous travaillons en étroite collaboration avec le service juridique de France 2, et les dossiers de nos journalistes sont très solides.

« C’est aussi plus facile de mener ce genre d’enquêtes maintenant qu’on ne dépend plus directement de la pub sur cette tranche »  rajoute la responsable de l’unité magazine de France Télévisions.

 

  • BCS : Comment préparez-vous vos interviews ?

EL : Au départ, ces derniers pensent qu’il s’agit d’une interview classique, et ils sont étonnés de voir le niveau de documentation dont nous disposons. Il n’y a pas de caméra cachée, et les entreprises répondent parce que c’est dans leur intérêt. Récemment, une entreprise qui refusait de nous recevoir s’est vite rendu compte qu’il était mieux de revenir vers nous.

 

Extrait de l’émission du 27 avril, Shirley, une américaine qui a pris pendant des années un médicament qui lui détruit totalement la mâchoire et lui provoque des douleurs atroces.

 

Disease mongering = Façonnage de maladies

Jusque dans les années 1980, l’industrie pharmaceutique orientait ses efforts vers la guérison des maladies existantes, même si les pathologies affectant les populations pauvres, comme la malaria, étaient négligées parce que peu rentables. Désormais, la tendance s’est inversée. Pour garantir leurs retours sur investissement et recycler leurs médicaments, les firmes inventent des pathologies sur mesure, si possible chroniques.

Une publicité déguisée en information médicale, doublée d’un intense lobbying, se charge de les « vendre » au grand public et aux praticiens, praticiens, qui étaient autrefois nos agents guérisseurs, sont devenus aujourd’hui ceux qui nous rendent malade.

 

La médecine moderne est allée trop loin en utilisant massivement des moyens très puissants pour traiter des cas simples, et a altéré et corrompu même la gestion des cas les plus graves.

 

Boris  Cyrulnik : « De fausses maladies sont inventées »

 

A voir également:

 

Bouquins sur le sujet


Thierry Frey

Bonjour,

La grande vérité de tout ceci c’est qu’un media quel qu’il soit cherche d’abord a faire de l’audience…

Il va donc dire ce que le maximum de gens veulent entendre et le baromètre ce n’est pas la vérité, mais bien l’audimat…

Si aujourd’hui on parle des fausses maladies inventées c’est uniquement parce que ça fait plaisir à un maximum d’audience…

Si on en parlait pas avant c’est uniquement parce que les gens n’étaient pas prêts pour écouter un tel message…

Maintenant c’est à chacun de se faire sa propre opinion sur les messages qui sont diffusés…

Cordialement

Thierry Frey

Greg

Comme le disait Descartes « Un seul savoir est recevable » par contre ne croire en rien, c’est mettre en doute tous les savoirs, de penser par soi-même et par la même occasion de mettre en doute ses propres conclusions… De là à sombrer dans la folie, il n’y a qu’un pas.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.