Le déficit immunitaire et ses conséquences

virus

Le corps humain, une magnifique machine, et pourtant…

La médecine moderne (allopathique) voudrait nous faire croire que la prévention et la guérison des maladies n’est possible que grâce aux produits chimiques (vaccins, médicaments, irradiations…)
L’être humain existe depuis des millénaires, mais depuis seulement une centaine d’années on voudrait lui faire croire qu’il ne pourrait pas survivre sur cette planète sans se faire injecter de produits chimiques et des ADN étrangers.
Le corps humain est cependant une fabuleuse machine biologique aux incroyables et multiples fonctions, qui existait bien avant que n’apparaisse les technologies actuelles, et qui a traversée les millénaires avec une population sans cesse croissante.

 

L’entreprise médicale est devenue un danger majeur pour la santé

Si vous croyez aux vaccins et aux médicaments, vous devez certainement douter de la santé naturelle et vous n’avez pas confiance dans les mécanismes d’auto-guérison de votre corps.
Car c’est impossible de croire aux deux choses à la fois. Si on prend pour exemple la vaccination, elle repose sur une peur et une intimidation des populations en s’appuyant sur un mythe qui suggère que le corps est mal fait et incapable de se défendre contre des envahisseurs étrangers. Des mensonges répétés, et répétés inlassablement durant des générations qui ont conduits des milliards d’individus à penser que c’était la vérité.

 
Les vaccins n’ont jamais sauvés les populations. Toute l’industrie médicale a lancé des campagnes de désinformation pour convaincre les gens que les maladies invalidantes comme la rougeole, la variole, la poliomyélite et bien d’autres ont été éradiquées grâce aux vaccins, c’est malheureusement faux. Ces maladies étaient déjà en train de déclinées avant l’apparition des vaccins, ce déclin est à mettre au profit des efforts d’assainissement, de l’eau potable, d’une meilleure alimentation et d’une hygiène de vie améliorée. Ce sont tous ces éléments fondamentaux qui ont contribué au déclin des maladies et NON les vaccins. Les statistiques officielles de mortalité en témoignent.

 

La fausse piste des symptômes

La médecine actuelle tente sans cesse de corriger les symptômes d’une déficience du corps, elle ne lui permet presque jamais d’utiliser ses potentiels et ses mécanismes de guérison. La philosophie de la médecine moderne (allopathique) dit que depuis la naissance le corps humain est endommagée et qu’il faut le remplir de produits chimiques pour qu’il puisse survivre.
Les fabricants de vaccins prétendent que ces derniers augmentent l’espérance de vie et que les médicaments représentent une des percées médicales les plus importantes de ce dernier siècle en contribuant à nous débarrasser des maladies. C’est juste un autre mythe qui continue à se répandre par un bourrage de crâne dans les écoles, les médias et les systèmes de soins de santé.

 
Si les êtres humains vivent plus longtemps c’est au détriment de la qualité de vie, si on compare les populations modernes à celles du milieu du siècle dernier, bien sur que l’espérance de vie est plus longue, mais elle a aussi un coût, les souffrances dues aux handicaps et à la douleur ont augmenté de 10 % par décennie après l’âge de 50 ans.
Aujourd’hui, et en règle générale, un individu de 65 ans est 40% moins actif que son homologue d’il y a à peine 60 ans, résultat : 15% de masse musculaire en moins, 20% d’endurance cardiovasculaire en moins et 30% de chances supplémentaires de tomber malade.

 

Les mécanismes du système immunitaire

Voici la VRAIE immunité, c’est cette vérité fondamentale qui a servi de base à la mystification au sujet des vaccinations. En résumé lorsqu’un mammifère se rétablis d’une infection, il acquière une immunité naturelle contre de nouvelles infections. La mémoire de l’infection est enregistrée, et la prochaine fois que l’individu rencontre le même antigène, le système immunitaire peut réagir rapidement pour le détruire.

 
Cette vérité a donné naissance à la croyance que si on injecte un antigène étranger à un individu, celui-ci serait alors immunisé contre une infection future.

 
C’est cette croyance que l’on a baptisée « vaccination ». Mais ce que les initiateurs des vaccins ne semblent pas avoir compris (ou volontairement omis), c’est que tous les mammifères possèdent des anticorps qui déclenchent la réponse immunitaire naturelle dans les muqueuses des voies respiratoires (IgA)

 
Le simple fait de contourner ces fonctions essentielles de la muqueuse en injectant directement les organismes dans le sang conduit à la corruption du système immunitaire lui-même.
Résultat, les virus ou bactéries ne pourront être correctement éliminés par le système immunitaire et se maintiendront dans le corps où ils pourront proliférer, et  muter au fur et à mesure que l’individu sera exposé aux toxines de son environnement.
En résumé, le fait de prévenir une maladie par la vaccination entraîne en réalité une incapacité à expulser les organismes pathogènes, qui continuent à circuler dans le corps, mutant et se transformant en d’autres organismes en fonction de l’acidité et de la toxicité du terrain. Plutôt que de réellement prévenir la maladie, les vaccins empêchent donc que le problème ne soit résolu. C’est un exemple typique du modèle médical actuel qui repose essentiellement sur le traitement des symptômes plutôt que sur celui des causes de la maladie.

 

Conclusion

Il ne faut pas oublier que les vaccins contiennent également des ingrédients cancérogènes, neurotoxiques, immunotoxiques, comme du formaldéhyde, MSG, du polysorbate 80, des détergents, mercure… Le corps est parfait dans son état naturel. Il peut facilement résister aux envahisseurs étrangers, pour autant qu’il dispose d’un terrain favorable à la guérison. Ce terrain favorable sera une alimentation saine et correcte, et une bonne hygiène de vie, en d’autres termes il faut juste prendre soin de vous et de votre corps simplement et naturellement…
Portez-vous bien.

 

Bouquins sur le sujet:

 

A voir également :

 


Jackie

Si les gens regarderaient un peu plus à leurs états de santés, si ils décident par exemple d’arrêter leurs antidépresseurs, il s’aperçoivent très vite que dès qu’ils font un effort pour freiner ou arrêter leurs médicaments, ils se sentent mal, on des vertiges, des douleurs atroces, alors qu’il commençait d’aller un peu mieux, avant, qu’ils aient arrêté les médocs, c’est un signe de dépendance, il faudra des années et une volonté de fer à certain pour arriver à s’en débarrasser vraiment, le simple fait de se (soigner)en avalant des trucs qu’ils croient que ça va leurs faire du bien leurs suffit puisqu’ils n’ont plus la force mental pour luter intelligemment, les médicaments on fait leurs effet escompté …. Haa l’avenir ne sera pas drôle !
Que ton médicament soi ta nourriture et ta nourriture ton médicament:-) 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.