Perdre sa vie à la gagner, l’homo-abruticus est né !

Perdre sa vie à la gagner

Une espèce nouvelle est en train de naître : l’homo-abruticus

L’homme contemporain ne mange plus, il ingurgite. Ou plutôt « il mange sur le pouce » tel un soldat en guerre qui attend la prochaine attaque. Prête en deux minutes, avalée en cinq, la bouffe d’aujourd’hui est principalement faite d’agglomérats de viandes et de plantes malades, chimiquement trafiquées pour donner l’illusion du vrai.

 

Bienvenu dans la matrice de l’illusion

Tout son temps libre est dorénavant voué aux loisirs. L’endoctrinement publicitaire et la télévision en sont les vecteurs, l’homo-abruticus rêve sa vie sur papier glacé, ravale son amertume et travaille de plus belle pour essayer de sauvegarder une improbable liberté.

Les transports en commun lui rappelle nécessairement la marche du monde et lui ont à peine rendu supportable la présence de ses semblables, il piétine, il râle, il bouscule ou regarde ses pompes.

Tous ses sens doivent être occupés, les yeux rivés sur son IPhone, un paquet de chips cancérigènes dans une main et une boite d’antidépresseur dans la poche. Il masque sa solitude par les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme… disait machin.

 

Il faut faire de l’argent, vendre ou se vendre, perdre sa vie en la gagnant

Bienvenue dans l’ère l’uniformisation totale, du formatage des désirs, de l’unisexe. La société marchande de ce début de troisième millénaire conditionne cette animosité journalière, celle qui définit nos existences d’esclave nouvelle génération. Délocalisation forcée, hiérarchies de dominance et division scientifique du travail confisque son temps et le fruit de son labeur.
Impossible d’échapper au roi « objet », le précieux qui nous crie « possède-moi ! » et tu seras. L’inconscient collectif est sondé impunément par une armée d’experts où tous vos faits et gestes sont pensés, étudiés, quantifiés, pour optimiser encore et encore cette satanée consommation par le biais de la publicité et du marketing.

Cette dictature marchande colonise la moindre petite parcelle de nos existences pour nous transformer en êtres disciplinés et contrôlables via la société de consommation.

A quand un monde adapté à la vie humaine et non aux courbes de croissance, un monde ajusté aux cas particuliers et non au CAC 40.

 

Le travail pour survivre ?

L’idéologie de la croissance à tout prix et le dogme du travail comme réponses à tout sont des valeurs qui vacillent sur leurs fondations douteuses, fragiles et mensongères. Pour moi et pour beaucoup de personnes ayant retrouvé une part de leur liberté perdue, l’épanouissement dans la vie ne passe plus du tout par le monde officiel du travail. Le temps c’est un peu l’argent des pauvres, à condition de l’utiliser pour soi.

A force de courir derrière le profit et la gloire, on ne peut qu’avoir sans jamais être. Prendre le temps c’est faire le choix d’exister au risque d’être dépossédé de tous ces biens inutiles qui nous entourent et nous envahissent. A bien choisir, si l’on parvient à échapper à la misère et à simplement survivre correctement, ne vaut-il pas mieux avoir du temps que de l’argent ? Sachant qu’il est presque impossible d’obtenir à la fois le beurre et l’argent du beurre.

 

Conclusion

Il y a bien longtemps que l’argent a remplacé l’intelligence, et le travail à temps plein risque de faire disparaître le loisir à temps partiel, alors pour survivre et garder le moral, il ne reste qu’une seule voie véritable : sourire, aimer et résister, autrement dit, choisir sa vie et la vivre sans jamais se prendre au sérieux mais en faisant les choses sérieusement…La fin du travail c’est peut-être le début de la sagesse.

 

A voir également :

Bibliographie


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Basic information on data protection
Responsible Le BonCoinSante +info...
Purpose Gérez vos commentaires. +info...
Legitimation Consent of the concerned party. +info...
Recipients Automattic Inc., EEUU to spam filtering. +info...
Rights Access, rectify and delete data, as well as some other rights. +info...
Additional information You can read additional and detailed information on data protection on our page privacy policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.